Les anticorps d’un lama peuvent faciliter le traitement contre le coronavirus

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les anticorps d’un lama en Belgique pourraient fournir un traitement contre le coronavirus, qui a infecté plus de 4 millions de personnes et qui a fait plus de 260 000 morts.

Le lama qui peut sauver le monde s’appelle Winter. Il a quatre ans et vit dans une ferme dans la campagne belge avec environ 130 autres lamas et alpagas, ainsi des chercheurs Américains et Belges ont créé un anticorps qui, selon eux, protège les cellules humaines du Covid-19.

Selon eux, ce traitement  « se colle » sur la protéine Covid-19 qui s’introduit et infecte mécaniquement les cellules et l’empêche d’infecter plus de cellules.

Plus de 30 scientifiques de l’Université d’Austin, au Texas (États-Unis), et de l’institut de recherche belge VIB, ainsi que de l’Université de Gand, ont travaillé sur ce nouveau médicament et leurs résultats ont été publiés le 5 mai dans la revue scientifique Cell.

Découverte d’anticorps

L’anticorps qu’ils ont découvert a été obtenu en liant deux copies d’un type spécial d’anticorps que Winter a produit lors de l’injection de SRAS-CoV-2, le virus qui cause le Covid-19.

«Il s’agit de l’un des premiers anticorps connus pour neutraliser le SRAS-CoV-2 , a déclaré Jason McLellan, professeur agrégé de biosciences moléculaires à l’UT Austin et co-auteur principal. Il a dit que les vaccins doivent être administrés un mois ou deux avant l’infection pour assurer la protection.

Cela serait particulièrement utile pour les groupes vulnérables tels que les personnes âgées.

Le lama a produit deux types d’anticorps, un similaire aux anticorps humains et un qui est beaucoup plus petit, appelé « nanocorps ». Ce sont ceux qui intéressent les scientifiques car ils sont «plus polyvalents ».

«Ils ont un seul morceau de protéine qui se lie au virus. Cela nous permet de jouer plus facilement avec de nouveaux médicaments et d’en concevoir de nouveaux », a expliqué le  professeur Nico Callewaert, directeur de la biotechnologie médicale du VIB Institute à l’Université de Gand et co-auteur de l’article.

Nico Callewaert a déclaré que les nanocorps reproduits en laboratoire peuvent être connectés à des anticorps humains permettant au nouveau médicament de fonctionner correctement dans le corps humain.

«Cela les rend potentiellement très intéressants en tant que médicament pour un agent pathogène respiratoire, car vous l’apportez directement sur le site de l’infection », a déclaré Daniel Wrapp, étudiant diplômé du laboratoire de McLellan et co-premier auteur de l’article.

Des années de recherche sur le coronavirus

Les scientifiques étudiaient deux coronavirus en 2016 avec Winter, dans le cadre de leur expérience.

Elle a ensuite été injectée avec un morceau de virus SRAS, dans un processus similaire à celui des humains recevant des injections pour les immuniser contre un virus.

Après l’apparition du nouveau coronavirus en 2019, le génome a été publié par des scientifiques chinois en janvier 2020. Nous avons rapidement constaté les similitudes entre SRAS et SRAS-Cov-2, a déclaré Callewaert.

Grâce aux quatre ans de travail déjà accomplis, les scientifiques ont pu avancer rapidement dans la construction d’un anticorps neutralisant le SRAS-CoV-2 et publier leurs résultats dans la revue scientifique Cell.

Les essais cliniques n’ont pas encore commencé. L’anticorps développé par les scientifiques a réussi à protéger les cellules humaines et les cellules prélevées sur le singe vert africain.

Des expériences sont en cours

Nous avons une bonne connaissance de l’endroit où l’anticorps se lie au virus et cet endroit ne devrait pas changer facilement en raison d’une mutation, a-t-il ajouté. “Des preuves de cela ont été montrées dans 10 000 séquences du génome du virus qui ont jusqu’à présent été rapportées.”

Selon Callewaert, les équipes aux États-Unis et en Belgique font tout ce qui est en leur pouvoir pour passer des essais humains avant la fin de 2020.

« Nous travaillons très dur pour tout réduire en moins d’un an, car il faut généralement cinq à six ans avant d’obtenir les premières données sur des essais humains »

Partager.

Les commentaires sont fermés.