Facebook poussé à suspendre son projet de cryptomonnaie Libra

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le législateur américain a déclaré que Facebook devrait retarder le lancement de sa cryptomonnaie Libra, quelques heures après l’annonce officielle du projet par le réseau social.

Facebook apprend à ses dépens comment Washington souhaite contrôler sa montée en flèche dans le domaine de la cryptomonnaie. Les dirigeants de la Réserve Fédérale et le Comité Sénatorial  ont annoncé  qu’ils surveilleraient son déploiement.

Le président de la Fed, M. Powel, a déclaré mercredi que la banque centrale avait “un rôle important à jouer, dans ce système de paiement”, les régulateurs bancaires peuvent également imposer des contrôles anti-blanchiment sur de telles transactions, a déclaré M. Powell. Surtout que la Fed n’a pas de pouvoir sur les cryptomonnaies.

M. Powel a déclaré que Facebook a rencontré la Fed et d’autres régulateurs du monde à propos du projet.  Il a précisé “C’est quelque chose que nous examinons”, rajoutant que les responsables de la Fed  craignaient  que la balance déstabilise les monnaies nationales ou rende plus difficile la mise en œuvre d’une politique monétaire.

Soulignant que les cryptomonnaies sont devenues un casse-tête pour les régulateurs mondiaux. Les réglementations bancaires sont écrites et appliquées rigoureusement depuis plusieurs décennies, choses qui n’existent pas dans les réseaux cryptomonnaies.

Cette nouvelle monnaie de Facebook serait déployée dans une nouvelle filiale, appelée Calibra, qui serait régie par des partenaires externes, notamment des sociétés de moyens de paiement telles que Mastercard, PayPal mais aussi des géants de la technologie tels qu’Uber ou Spotify et qui fonctionneraient à l’aide d’un portefeuille cryptographique avec une application numérique qui permet aussi d’envoyer de l’argent et d’effectuer des paiements.

Qui a accès aux données ?

Matthew Roszak, PDG et fondateur de Bloq (société qui fournit des solutions technologiques blockchain aux entreprises) et président de la Chamber of Digital Commerce, a déclaré que Facebook n’aurait pas de pouvoir majoritaire sur la cryptomonnaie. Mais la nouvelle plate-forme blockchain fournira de nombreuses informations sur les clients.

 

“Il existe un trésor de  données ici. La question est de savoir qui a accès et qui a l’œil sur ça ?”

Les régulateurs remettront probablement en question le projet final du géant de la technologie à la vue de son passé, même si Facebook ne souhaite peut-être pas accéder à certains types de données. Il existe un “désir évident de monétiser cela”, selon Stephen Palley, associé chez Anderson Kill et coprésident du groupe blockchain et monnaie virtuelle du cabinet d’avocats.

Facebook devrait affronter les critiques du comité sénatorial des banques qui envisage de tenir une audience le mois prochain pour enquêter sur le projet, et à la vue de la rapidité avec laquelle le  comité organise cette audience cela signifie qu’il y aura une opposition acharnée.

 

 

 

Partager.

Les commentaires sont fermés.