VivaTech : le plan d’action du gouvernement pour les startups

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique, a présenté le bilan du Startup Tour. Ainsi sur les 100 mesures issues de ce plan d’action, il a tenu à en détailler 10. Il en a profité pour dévoiler la création d’un indice qui s’appelle Next40, une sorte de CAC 40 des startups.

« Je veux que vous les connaissiez comme les entreprises du CAC 40 ! »

 Ces mesures organisées en quatre grandes thématiques : simplification, financement, recrutement et international, avec des mesures spécifiques pour chaque secteur. Ce qui devrait permettre aux startups d’avoir tous les ingrédients de réussite.

“La France doit faire émerger des startups chez elle et faire en sorte que ses champions partent à l’international” a confié le secrétaire d’État.

Si ce plan d’action contient  100 mesures, Mounir a profité d’un problème de micro pour n’en détailler que 10. Nous les avons regroupés pour vous ci-dessous.

10 Mesures sur 100 détaillées :

  • France Expérimentation :  C’est un guichet unique qui permet aux entrepreneurs de signaler au cas si une loi bloque la mise en place de leur idée et demander ainsi une souplesse pour les tester.
  • Un responsable startup dans chaque ministère : « Je reçois des centaines de messages chaque jour me disant :  Mounir, j’ai une startup dans la HealthTech, il faudrait alerter le ministère de la Santé ». Avec ces nouvelles mesures, les créateurs d’entreprises pourront  directement demander au ministère de leur secteur des questions ou toutes informations sur leurs projets.
  • Atténuer les seuils : Avec la loi PACTE, (Plan pour la croissance et la transformation des entreprises), l’état veut alléger les contraintes résultantes des dépassements de seuils de onze, vingt et cinquante salariés.
  • Venture loans : l’idée avec Bpifrance, c’est d’accompagner les levées de fonds des tickets les plus gros, de l’ordre de 20, 50 ou 100 millions d’euros. Cela va avoir un impact immédiat sur les leviers  de croissance.
  • ICO : Avec l’ouverture à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) de la possibilité de donner un visa aux entreprises émettrices de jetons respectant certains critères précis de nature à protéger les épargnants.
  • Un guichet unique d’achat de l’État : « Aujourd’hui, le seuil d’exonération des procédures de marchés publics pour les PME innovantes est de 25 000 euros et la procédure est trop complexe » indique me ministre qui compte la simplifier et relever le seuil à 100 000 euros.
  • Développement de la formation numérique :  « Il faut identifier les compétences et ouvrir des formations ». L’État envisage la création d’une nouvelle filière spécialité numérique et sciences informatiques qui fera son apparition dans les lycées dès 2019.
  • Assouplir le French Tech Visa : afin d’attirer de nouveaux talents à travailler en France et d’accompagner ces startups.
  • Nouvel indice : appelé Next40, il est prévu pour l’automne 2018 « Nous voulons faire grandir les startups à haut potentiel ». C’est un indice similaire à celui du CAC 40 mais il est exclusif aux startups.

Les startups qui pourront intégrer le Next40 seront élus par une comission d’entrepreneurs issus de la FrenchTech. À savoir que cette liste sera renouvelée tous les 6 mois ou tous les ans.

Partager.

Les commentaires sont fermés.