Stormy Daniels, la star du porno qui inquiète Donald Trump

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après avoir révélé qu’elle aurait touché 130 000 dollars pour taire sa relation d’un soir avec Donald Trump, l’ex star du porno Stormy Daniels est bien décidée à faire parler le Président américain.

En janvier dernier, le Wall Street Journal évoquait une relation intime entre Donald Trump et Stormy Daniels, actrice et réalisatrice de films pornographiques, et relatait qu’un des  avocats du Président, Michael Cohen, avait versé, quelques jours avant le scrutin présidentiel de novembre 2016, 130 000 dollars à l’actrice en échange de son silence.

Dans une interview accordée à la chaine CBS, Stormy Daniels a confirmé cette relation sexuelle consentie avec le magnat de l’immobilier en marge d’un tournoi de golf à Lake Tahoe dans le Nevada en juillet 2006. A l’époque, Donald Trump était déjà marié avec son épouse actuelle, Melania, qui venait d’accoucher. La star aurait ensuite accepté de vendre son histoire au magazine In Touch en 2011, moyennant 15 000 dollars. Menacé de poursuites par le même Michael Cohen, le tabloïd aurait finalement renoncé à diffuser l’article. L’actrice aurait de son côté été menacée physiquement.

Un accord à 130 000 dollars, frappé de nullité ?

La Maison-Blanche et l’avocat, ont nié à plusieurs reprises cette liaison. Mais l’avocat a cependant reconnu avoir versé 130.000 dollars, de ses propres deniers, à l’actrice, tout en contestant l’existence de cette relation. Donald Trump a de son côté affirmé ne pas être au courant de cette transaction.

Stephanie Clifford, du vrai nom de l’actrice, qui a laissé entendre qu’elle avait en sa possession des preuves de sa relation avec Donald Trump, et qui a proposé de rembourser la totalité de la somme, a saisi la justice pour qu’elle la libère officiellement de son engagement de confidentialité au motif que l’accord serait nul puisque Donald Trump ne l’aurait pas signé, alors même qu’il est mentionné en tant que partie. Dans le cadre de cette affaire, l’avocat de l’actrice, a demandé à ce que le président des Etats-Unis et son avocat soient entendus par la cour sous serment afin de déterminer si Donald Trump était au courant de cet accord et s’il y avait consenti. Une audience est prévue le 30 avril devant la cour californienne.

La voie vers une procédure de destitution

Pour la Maison Blanche, une déposition du président américain pourrait également ouvrir une boîte de Pandore, car l’avocat de Stormy Daniels pourrait lui poser des questions liées à d’autres affaires similaires visant à acheter le silence d’anciennes maîtresses supposées de Donald Trump  et qui peuvent être considérées comme des tentatives d’influence sur le scrutin de novembre 2016. C’est le scénario que la Maison Blanche veut à tout prix éviter, rappelant  l’affaire Monica Lewinsky. Sous serment, tout mensonge exposerait le président américain à des accusations de parjure. La Chambre des représentants pourrait alors lancer une procédure d’impeachment.

Possible infraction au financement électoral

Dernier rebondissement, ce mardi 9 avril, le FBI a, en lien avec l’affaire Stormy Daniels, fait une perquisition dans les bureaux de Michael Cohen. L’avocat est soupçonné de fraude bancaire et de violations des règles sur le financement électoral.  Un tel paiement peut, en effet, être considéré comme une contribution de campagne or la loi sur le financement électoral limite les contributions individuelles à 2.700 dollars. Trump a dénoncé cette procédure comme une “chasse aux sorcières”, “une véritable honte”, “une attaque en pleine crise syrienne.

Partager.

Les commentaires sont fermés.