L’ANFR retire 3 smartphones de la vente

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’ANFR met en garde contre le DAS trop élevé de 3 smartphones : Alcatel PIXI 4-6’’, Echo Star Plus et Huawei Honor 8. Quant au TP-Link Neffos, il est tout simplement retiré de la vente pour cause d’émissions d’ondes bien trop supérieures aux normes.

Les conséquences de l’utilisation d’un téléphone mobile font l’objet d’une constante attention. Placé sous surveillance, le niveau de rayonnement des téléphones mobiles est réglementé et mesuré par l’indice DAS (débit d’absorption spécifique),  également connu sous sa dénomination anglaise (SAR, pour Specific Absorption Rate).

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui  réalise environ “80 tests de téléphone” par an, a pris acte de la mise à jour par les sociétés TCL, Modelabs Mobiles et Huawei  de trois téléphones portables, afin de respecter les valeurs limites de DAS localisé « tronc », (c’est-à-dire lorsque le smartphone est dans une poche ou dans un sac) à la suite de mesures de contrôles ayant révélé un dépassement de la limite réglementaire autorisée.

En effet, dans le cadre de ses missions de surveillance du marché des équipements radioélectriques et du contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’ANFR a contrôlé les téléphones Alcatel PIXI 4-6’’, Echo Star Plus et Huawei Honor 8.

Des mesures ont été réalisées auprès d’un laboratoire accrédité afin de vérifier la conformité de ces téléphones aux nouvelles exigences européennes concernant le DAS localisé « tronc ». Ces exigences, plus restrictives, s’appliquent progressivement en France depuis le 25 avril 2016. En effet, tous les appareils dont le dossier de mise sur le marché est postérieur à cette date sont désormais évalués à une distance maximale de 5 mm, au lieu de 25 mm au maximum auparavant. Les mesures de l’ANFR ont révélé des valeurs dépassant la limite réglementaire de 2 W/kg.

En application de l’article L43 II bis du code des postes et des communications électroniques, l’ANFR a mis en demeure les sociétés responsables de la mise sur le marché de ces téléphones de prendre toutes les mesures appropriées pour mettre fin à la non-conformité constatée sur les équipements actuellement sur le marché ainsi que ceux déjà commercialisés.

Les sociétés TCL, Modelabs Mobiles et Huawei ont pris la décision de réduire la puissance de leurs terminaux via une mise à jour. Cette évolution permet de rendre le DAS localisé « tronc » conforme à la limite réglementaire de 2 W/kg. La mise à jour est automatiquement diffusée aux téléphones correspondants, dès lors qu’ils sont connectés à un réseau de données (réseau mobile ou WiFi). L’ANFR a contrôlé l’efficacité de ces mesures correctives.

L’ANFR invite les propriétaires de ces téléphones “à vérifier qu’ils ont été mis à jour”.

En l’état actuel des connaissances, il n’existe aucune preuve avérée de la nocivité du téléphone portable, et si des milliers d’études validées ne font apparaître aucun effet cancérigène, quelques-unes mettent en avant un risque accru de tumeurs du cerveau. Quant aux connaissances sur les ondes électromagnétiques sont aujourd’hui encore à approfondir. Le bon sens est donc à la prudence.

Partager.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de